L'itinéraire



L'itinéraire choisi est approximatif et peut être amené à changer suivant la météo, les échanges avec des personnes rencontrées ou la présence d'associations à aider. 

Vous retrouverez ici nos escales et nos moments forts: constations de la pollution maritime, actions de sensibilisation auprès des populations, rencontres et actions auprès d'associations locales. Cette carte sera étoffée au fur et à mesure de nos escales.

De plus, vous pourrez nous suivre en tant réel grâce au site www.marinetraffic.com qui indiquera la position exacte du bateau.

 

Le choix de cet itinéraire


Nous avons choisi cet itinéraire pour plusieurs raisons:

  • La météo

Lors d'un départ en voilier nous devons nous référer à la météo et aux saisons car il ne serait pas raisonnable de traverser l'Atlantique à n'importe quelle période de l'année!

C'est pourquoi nous avons fixé notre date de départ à l'été 2018, plus exactement entre la fin août et le début septembre. Partir à ce moment là nous permettra de faire nos premières escales en Europe (Portugal, Canaries) et en Afrique (Maroc, Sénégal, Cap-vert) avant de traverser l'Atlantique jusqu'au Brésil, portés par les alizés (vents portants d'octobre à janvier).

Pour se lancer dans la traversée de l'océan Pacifique, en passant par le canal de Panama,  la meilleure saison se situe entre janvier et avril. 

Après avoir séjourné dans les îles du Pacifique, nous rejoindrons l'océan Indien par l'Asie du Sud-Est (Philippines, Viêtnam, Indonésie), en prenant soin d'éviter la saison des cyclones, avant de passer le cap de Bonne-Espérance au sud de l'Afrique et de remonter l'Atlantique jusqu'à Saint-Malo.

 

Pour nous informer de la bonne route à emprunter, nous nous sommes référé au livre de Jimmy Cornell "La route des grandes croisières" que nous recommandons fortement, c'est une véritable bible pour nous.

 

  • Nos objectifs

Pour répondre à notre premier objectif de constation de l'état des océans nous devons nous rendre au milieu des océans, là où sévissent les différents gyres océaniques de la planète (se référer à la page Projet). Ainsi, nous pourrons récolter des données sur la pollution marine à transmettre à nos partenaires scientifiques.

De plus, suite à nos futurs contacts avec des associations ou ONG dans le monde, nous pourrons affiner nos escales afin de participer ensemble à la sauvegarde des océans.